La voix de la CFDT-Journalistes

La CFDT-Journalistes est pilotée par un conseil national de 26 membres issus de divers médias, partout en France. Ils se réunissent tous les 2 mois pour un jour ou deux. Ses membres sont élus par l’assemblée générale qui a lieu tous les 3 ans.

Son rôle est de défendre et de faire progresser, par sa réflexion, la profession, via diverses formes d'action : dans les instances représentatives du personnel, par le biais des commissions paritaires et lors des négociations, avec les pouvoirs publics, les employeurs, seule ou en intersyndicale.

 

Prendre des positions

La CFDT Journalistes se positionne dans les grands débats qui agitent la profession, émet des communiqués, s'exprime dans les médias, lors des débats et d'evènements comme les Assises du journalisme, les assemblées générales des Fédérations européenne et internationale des journalistes (Fe et Fij), les rassemblements d'ordre professionnel, les instances de réflexion comme l'Observatoire de la déontologie de l'information.

Sur la liberté de la presse par exemple, elle a soutenu le pigiste Rémy Pigaglio quand il a été refoulé d'Egypte par les autorités de ce pays au printemps 2016, agit en faveur de la liberté d'expression des journalistes turcs et kurdes et des lanceurs d'alerte pour qu'ils puissent sensibiliser les citoyenssans encourir des poursuites. Elle soutient la loi sur la protection des sources, Retrouvez nos communiqués sur notre site CFDT Journalistes.

 

Participer aux négociations de branches 

La CFDT Journalistes est l'interlocuteur des pouvoirs publics et du patronat de la presse au plan national, côté CFDT, pour les questions concernant les journalistes.

Certaines de ces négociations visent tous les journalistes, et la CFDT Journalistes n'oublie pas la cause des pigistes.

Certaines de ces négociations visent spécifiquement les pigistes : négo formation pigistes, complémentaire santé pigistes, barèmes minimum....

Voir L'actu des négos

Dans les deux cas, des pigistes eux-mêmes peuvent y participer. Violette Queuniet a par exemple participé en 2015-2016 à la négociation sur la réforme de la formation professionnelle.

 

Siéger dans les instances de gestion paritaires

La CFDT-Journalistes siège dans diverses commissions et conseils paritaires

  • L'AFDAS (formation)
  • La CCIJP (commission de la carte d'identité des journalistes professionnelle)
  • La Commission arbitrale (pour les licenciements après 15 ans et plus d'ancienneté)
  • La Commission paritaire nationale pour l'emploi et la formation des journalistes, qui établit les critères de reconnaissance des écoles
  • La Commission des droits d'auteurs des journalistes

Là aussi, des pigistes peuvent s'y engager. C'est le cas par exemple de Violette Queuniet, qui siège à l'Afdas. 


Portrait Vio1 - copie.jpg

Violette Queuniet, pigiste, siège à l'AFDAS

Si mon adhésion à la CFDT date de presque 20 ans – autant que mon expérience de pigiste -, mon engagement concret est récent. C’est en 2012 que j’ai été désignée à la commission paritaire pigistes de l’Afdas (l’organisme paritaire collecteur ou OPCA de la presse). Il s’agissait de donner son accord sur les demandes de formation des pigistes, de sélectionner les offres de formation collective, de faire remonter les problèmes rencontrés par les pigistes et de leur trouver une solution, etc.

Fin 2015 se sont ouvertes des négociations pour un nouvel accord de formation des pigistes, rendu nécessaire par la réforme de la formation professionnelle de 2014 (voir partie Formation). J’y ai participé avec Michel Chapeau, secrétaire fédéral F3C, et Dominique Martin. Cet accord pigistes met en place une nouvelle commission pigistes. J’y siège depuis mai 2016 comme titulaire et Dominique Martin comme suppléant. 

J’envisage mon rôle comme un relais des préoccupations des pigistes pour optimiser les dispositifs de formation existants, avec des moyens financiers en baisse. Pas simple ! Plus concrètement, ma participation à cet organe consultatif de l’Afdas me permet d’être au fait de l’actu en matière de formation des pigistes. Je compte bien en faire profiter ce site !

 

 

Représenter la profession à l'international
  • Fédération européenne des journalistes
  • Fédération internationale des journalistes (600.000 journalistes dans 140 pays)

De telles instances permettent d'interroger des pratiques qui dépassent l'Hexagone. AInsi, lors du dernier congrès de la FIJ, on a pu entendre un confrère japonais estimant que l’isolement des journalistes constitue le principal problème. « Difficile de lutter contre un gouvernement déjà très fort et agressif contre les médias quand ceux-ci externalisent leurs rédactions et multiplient les statuts informels », a-t-il souligné.


FIJ3_0.jpg

Au 29e congrès mondial de la fédération internationale des journalistes, à Angers, le 9 juin 2016.