Prendre soin de sa santé

 

Bénéficier d'une mutuelle

 

Jusqu’au 1er janvier 2016, bien peu de pigistes pouvaient bénéficier d’une complémentaire maladie : certains étaient couverts par celle de leur conjoint, d’autres, rarissimes, bénéficiaient de celle de leur entreprise, comme les salariés mensualisés intégrés dans les rédactions, d’autres, enfin (environ 900) avaient adhéré à une association, PEPS (pigistes ensemble pour la santé), qui avait passé un contrat avec Audiens.

Avec l’accord signé le 24 septembre 2015 entre l’ensemble des organisations patronales de la presse écrite (les patrons de l’audiovisuel n’étaient pas à la table des négociations) et toutes les organisations syndicales de salariés, tous les journalistes de presse écrite rémunérés à la pige (plusieurs milliers) peuvent adhérer au régime créé spécialement pour eux au sein d’Audiens, groupe de protection sociale professionnel. Ce régime, "Garantie Santé Pigistes", est alimenté à la fois par un "Fonds collectif pour la santé des journalistes rémunérés à la pige"auquel les employeurs versent 0,4% de toutes les piges payées et par les journalistes pigistes eux-mêmes : le montant de la cotisation mensuelle s'élève à 38€, partagés entre le fonds (participation patronale) et le pigiste, soit (19€ chacun) ; des options complémentaires facultatives peuvent être souscrites  pour améliorer le niveau de remboursement. Les conjoints et les enfants peuvent également adhérer au régime.

Les prestations du niveau socle conventionnel négociées par les partenaires sociaux ont été améliorées par 2 niveaux de prestations complémentaires. Ces niveaux sont proposés par PEPS qui est le signataire du contrat facultatif et individuel qui vient compléter le niveau socle conventionnel. De même, c'est PEPS qui va permettre à ceux qui ne sont plus pigistes (les retraités notamment) de pouvoir continuer à bénéficier des mêmes garanties à tarif négociés.

Plus d'infos

S'il existe dans les entreprises un contrat collectif et obligatoire que les pigistes doivent intégrer, celui-ci doit concerner l'ENSEMBLE des pigistes et non correspondre à une définition (accord d'entreprise) du pigiste régulier qui n'existe pas dans les textes réglementaires. Toutefois, il peut y avoir des contrats collectifs et facultatifs, qui eux, ne bénéficieront pas des exonérations fiscales et sociales.

Quand on a déjà une mutuelle de groupe obligatoire : la cotisation à la garantie santé d'Audiens reste obligatoire pour l'employeur, l'affiliation est individuelle pour le pigiste. Le pigiste qui peut bénéficier par ailleurs (conjoint ou autre employeur) d'une complémentaire santé obligatoire, n'adhérera pas à la Garantie Santé Pigistes et ne bénéficiera pas de fonds mais il bénéficie déjà d'un avantage : participation patronale et tarifs négociés (par l'autre employeur et la mutuelle de son conjoint).

 

A savoir : Audiens applique une circulaire Agirc/Arrco qui précise que le journaliste doit bien être considéré comme cadre, mais que le journaliste rémunéré à la pige et le journaliste stagiaire est un non cadre.

 

Bénéficier d'arrêts maladie

 

Comme n'importe quel salarié, le pigiste peut percevoir des indemnités journalières de la sécurité sociale en cas d'arrêt maladie.

En général, pour les salariés, la Sécurité sociale retient 3 jours de carence (ne paye pas les 3 premiers jours) et ne verse que 50% du salaire. 

ATTENTION - Le calcul des indemnités journalières ne se fait, en cas d'abattement, que sur le salaire abattu de 30%. SI l'employeur ne complète pas, l'impact est grand. 

L'article 36 de la Convention collective des journalistes affirme que les entreprises de presse doivent assurer un maintien du salaire, c'est-à-dire verser au pigiste les 50% manquants et les 3 jours manquants.

Bien entendu, vous ne pouvez demander le maintien de votre salaire que "déduction faite des in­demnités versées par la Sécurité Sociale". Il vous faut donc d'abord envoyer votre certificat d'arrêt de travail à votre caisse maladie en même temps qu'à votre (ou vos) employeur(s). Une fois les IJ reçues, envoyer une copie de l'attestation à votre employeur afin qu'il complète. Ce salaire est calculé sur la moyenne de leurs piges au cours des douze mois précédant l'arrêt.

Dans la pratique, le maintien de salaire est difficile à faire appliquer dans beaucoup d'entreprises de presse. Battez-vous !

A noter - Il est rigoureusement interdit de travailler pendant son arrêt maladie, qui est bien un "arrêt de travail". Si votre employeur vous le demande, rappelez lui. Si votre état de santé vous permet de continuer à "piger", souvenez-vous que vous vous exposez à des sanctions, et profitez de ce repos forcé pour vous aérer l'esprit. On retravaille ensuite d'un meilleur pied !

A savoir - Audiens peut compléter les indemnités journalières versées par l'Assurance maladie. voir "Percevoir un complément d'Audiens"

 

Bénéficier d'une visite médicale

 

Tout employeur doit assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs dès l’emploi d’un salarié et quel que soit son type de contrat de travail (Art. L.4121-1 du code du travail). Cela passe notamment par la surveillance de l'état de santé des travailleurs (visites médicales du travail).

Les entreprises peuvent soit assurer cette visite médicale en interne, par leur médecin du travail s'ils en ont un, soit faire appel à un centre médical extérieur.

 

Le protocole d'étape de 2008 annexé à la convention collective établit que les entreprises doivent adhérer, dans un cadre de mutualisation, pour les pigistes non couverts par des services médicaux d'entreprise ou inter-entreprises, au centre médical de la bourse (CMB) et prendront en charge les frais liés aux visites médicales (art. R. 4624-10 et suivants du code du travail) pour les journalistes rémunérés à la pige. Ces derniers devront produire leur certificat d'aptitude sur simple demande de l'entreprise

 

Le 7 février 2014, les organisations professionnelles de la presse écrite et des agences de presse ont désigné le Centre médical de la Bourse pour assurer, au niveau national, le suivi de la santé au travail des journalistes rémunérés à la pige.

 

- Pigistes habitant en Île-de-France : la visite médicale a lieu au CMB (tel 01 84 79 02 89)

- Pigistes habitant en province : la visite médicale a lieu dans un service de santé au travail partenaire du CMB

 

A télécharger : http://www.cmb-sante.fr/_upload/ressources/04salaries/043_suivipigistes/...

 

Contenu de la visite

  • D'abord, un entretien  : données administratives, type de contrat, horaires, rythme, tâches effectuées, données médicales (tabac, arrêt de travail, vaccinations, etc.)
  • Puis, des examens systématiques : analyse d’urine, examen de la vue. par visiotest ou par ergovision.
  • Enfin, des examens en fonction des risques professionnels : examens de l’audition par audiométrie, examens des capacités respiratoires : spiromètre (EFR). Le médecin peut également vous adresser à l’extérieur pour un examen plus spécialisé, radiographie ou bilan biologique par exemple.
  • A la fin, il délivre un avis d’aptitude remis en double exemplaire : l’un à destination du salarié, l’autre à destination de l’employeur.

 

Important : le médecin du travail peut être amené à donner des conseils de prévention, proposer des adaptations ou des changements  ou  prononcer des inaptitudes au poste de travail. Le médecin est soumis au secret médical, n’hésitez pas à lui faire part des difficultés que vous rencontrez à votre poste de travail.

 

.