Vendre ses piges

 

Lire aussi : Pour vendre sa 1ere pige

 

A qui vendre ?

L'Express ou Télérama ne répondent pas à vos sollicitations ? Il y a de grandes chances qu'ils soient saturés de propositions. Mais votre idée est géniale, originale, et surtout, vaut de l'or pour un lectorat bien spécifique ! Reste à le trouver. Et pour cela, mieux vaut s'écarter des sentiers battus et rebattus. Votre ego en prendra un coup ? Et qui vous dit que vous ne dégoterez pas LE titre confidentiel mais qui vous traite bien, vous paye rubis sur l'ongle, avec qui vous allez pouvoir discuter, nouer une relation de confiance, voire même, qui vous permettra de devenir un expert dans un domaine, que vous pourrez faire valoir ensuite ailleurs ? Prêts pour une grande chasse au trésor ? C'est parti.

    

Les kiosques

(bon, c'est évident)    

 

Des livres 

Médiasig, de la Documentation française : plus de 8000 contacts presse et com publique. 45 euros : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/numerique/mediasig/presentation

Guide de la pige, éditions Entrecom, 29 euros

    

Des listings en ligne

Les nouveautés www.presseedition.fr (onglet presse > lancements) et  www.lesclesdelapresse.fr (rubrique «la veille des lancements») 

La presse spécialisée www.fnps.fr (renvoie aux titres des 7 syndicats qui la composent. cliquer sur son logo puis, à gauche, sur "plus d'info" et "titres adhérents")

La presse magazine http://www.lapressemagazine.fr Aller dans "annuaire des éditeurs du SEPM"

Les agences de presse http://www.sapig.org/les-membres/ et celles ayant un n° de CPPAP 

La presse en ligne  : liste des adhérents au Spiil et de ceux  ayant un n° de CPPAP

Les radios http://www.annuairedelaradio.com

La télé et la radio : http://www.csa.fr

 

Et ne pas oublier la presse associative (grandes causes, presse syndicale, politique, mutualiste...). Entre les revues périodiques, bulletins de liaison, lettres d’information, comptes rendus, brochures, la CPPAP l'estime à près de 100 000 titres !

 

A l'action !

J'ai trouvé un bon sujet et un média à démarcher ? Action !

  • Consulter l’ours pour trouver à qui s'adresser. En cas de doute, téléphoner pour demander à qui doivent être adressées les propositions de piges, qui est le chef de telle rubrique
  • Téléphoner, si possible en évitant les heures de pointes et dates de bouclage (se renseigner en amont)
  • Aller droit au but, en disant en deux phrase qui vous êtes, quelles sont vos références, et ce que vous avez à proposer, sans tout dévoiler :"Je suis journaliste pigiste à tel endroit/spécialisé sur tels sujets. Je collabore déjà à....... J'ai un sujet à vous proposer pour telle rubrique".
  • Si la personne est directement intéressée, envoyez tout de suite votre synopsis par mail. Si elle n'est pas disponible, demandez quand la rappeler, ou prenez en note son adresse mail pour lui écrire.
  • Une semaine après avoir proposé le sujet, relancez par téléphone ou mail.
  • Une fois que le rédacteur en cef a mordu à l'hameçon, interrogez-le sur les tarifs de pige, etc. Pas avant ! Donc surtout, ne pas avoir dévoilé trop de détails.
  • Fixez une date-butoir claire, un tarif clair, un angle bien précis. Demandez confirmation par mail.

 

La commande

Une commande c'est : 

  • un sujet
  • un angle
  • si possible, un contexte (dans tel dossier, avec tel autre papier, pour telle rubrique...)
  • un lignage/format
  • une échéance
  • un tarif
  • des consignes photo ou pas

CAPITAL : On entend toujours le tarif en brut, hors congés payés, 13èmois voire prime d'ancienneté. Evidemment, c'est du salaire, pas du droit d'auteur ni de la facture. Lors de la 1ere commande, on vous demandera sans doute de remplir un formulaire avec votre numéro de sécurité, sociale, votre adresse, votre n° de carte de presse, etc..... En aucun cas la non détention de la carte de presse, une adresse hors de France ou quelconque autre argument peut justifier de ne pas être payé en salaire. Ne surtout pas cocher de case profession libérale, auteur, agessa, ou autre. Un journaliste est un salarié.

Il est fortement recommandé de demander un bon de commande écrit, et à défaut, une confirmation écrite par mail.