Se lancer

 

Cette page sera d'autant plus riche qu'elle sera le fruit de nos expériences partagées. Alors si vous avez des conseils à donner pour trouver son créneau ou savoir si on est fait pour la pige, Ecrivez-nous 

 

Se lancer ou pas ?

Que l'on ait le choix ou pas, se lancer à la pige peut faire peur. Pour beaucoup, c'est synonyme de précarité, d'échec à s'insérer dans le monde du travail. Pour d'autres, la liberté de travailler seul, d'être davantage à l'initiative de ses sujets, de pouvoir cumuler plusieurs collaborations est tentant, voire enthousiasmant. Alors, y aller ou pas ?

Les avantages : grande liberté, multiplicité de supports, accès à des titres qui n'embaucheraient pas un collaborateur permanent, concilier vie privée et vie pro

Les difficultés : solitude, manque de reconnaissance, sentiment d’être un bouche trou, budgets en baisse 

Mieux vaut le dire tout de suite, il faut être 

  • très fort psychologiquement
  • capable de se discipliner
  • très proactif
  • débrouillard 
  • avec beaucoup d’imagination pour trouver des angles qui feront mouche

Alors, suis-je cet être surnaturel ?

 

Quel créneau choisir ?

C'est décidé, je me lance... mais par où commencer ?

Il existe mille profils de pigistes : généralistes, spécialisés, pour la presse nationale, spécialisée, comme correspondant régional, à l'étranger... On peut même cumuler plusieurs casquettes. Certains se sentent faits pour une thématique bien spécifique, ou rêvent de travailler dans un journal en particulier. Pour tous les autres, votre parcours se construira sans doute un peu au fil des opportunités et des hasards des bonnes idées de sujets.Votre valeur ajoutée

Plus qu'un journaliste embauché dans une rédaction, le pigiste doit se vendre sans cesse. Se vendre lui, plus qu'un autre, et vendre ses idées, plus que celles des autres. La concurrence est féroce ! Alors mieux vaut réussir à se démarquer. Cela peut être par votre expertise dans un domaine, votre capacité à éplucher à fond un dossier, et même si vous ne le connaissiez pas, votre capacité à en faire un vrai travail de vulgarisation, votre écriture, l'originalité du traitement proposé, vos compétences web... Avant de démarcher un média, demandez-vous donc pourquoi il aurait besoin de vous plus que de quelqu'un d'autre et travaillez vos arguments !

 

Témoignage : comment Aurélie a trouvé sa spécialité

« Quand je me suis lancée à la pige il y a huit ans, je ne savais pas trop par où commencer.Il me semblait judicieux d'avoir une spécialité pour me démarquer des autres pigistes et développer une sorte d'expertise ainsi que faire de la veille sur un secteur donné. Mais ayant suivi des études généralistes et n'ayant pas de « grande passion », je ne savais pas vraiment quelle spécialité choisir. J'ai alors découpé et classé les articles de journaux (j'étais abonnée au titre PQR de ma région après y avoir travaillé un bon moment…) que j'aurais bien aimé traiter et qu'il me semblait possible de vendre à des titres nationaux. La démarche peut paraître bizarre - scolaire penseront certains - mais cela m'a vraiment aidée ! Et surtout, cela m'a permis d'identifier deux thématiques : la santé et l'action sociale, qui sont devenues et sont toujours aujourd'hui mes spécialités. Je travaille pour la presse spécialisée, des titres peu connus du grand public mais qui me traitent correctement, tant au niveau des tarifs que des relations entre pigiste et rédaction. Des titres aussi qui proposent aussi des sujets de fond, des enquêtes et des longs formats, ce que l'on voit trop peu en presse généraliste, je trouve. »

 

Les conditions pour réussir à vendre sa 1ère pige

Trop souvent les pigistes contactent une rédaction avec cette simple question "êtes-vous intéressé par de ouveaux collaborateurs à la pige ?". A coups sûrs, cette démarche sera vaine. Il faut préparer chaque prise de contact. Car pour vendre sa 1ere pige, il faut....

  • un bon sujet, ni trop anecdotique ni trop ambitieux, qui surprenne son interlocuteur. Pas question de démarcher un média les mains dans les poches. Avoir toujours un ou deux sujets à proposer. 
  • donner confiance : avoir une certaine légitimité sur le sujet ou concernant le titre en question : de par ses études, son vécu, ses précédents papiers... (préparer un CV et un press book ciblés)
  • montrer que l’on connaît le titre, sa cible : avoir en tête les différentes rubriques, se mettre à la place du lecteur et imaginer ses attentes (possibilité de demander à se faire envoyer en amont des exemplaires). Vérifier en amont que le sujet à proposer n'y a pas déjà été traité., et comment des sujets connexes ont été traités, afin de proposer un regard vraiment intéressant
  • un peu de chance : que le titre en question n’y ait pas déjà pensé, qu’il soit ouvert à de nouveaux collaborateurs, que la proposition corresponde à un thème qu’ils comptaient justement aborder