Les autres statuts

Cela ne devrait pas exister, mais la réalité, c'est celle-là. De plus en plus de médias ne payent pas en salaire.

Dans une étude de 2013 de la Scam, à laquelle ont répondu un peu plus de 3000 journalistes (tous statuts confondus, y compris CDI), 62% des répondants ont déclaré être salariés permanents, 28% salariés pigistes, 6% auto-entrepreneurs, 6% travailleurs indépendants, 6% auteurs et 3% intermittents. 12% d’entre eux ont ainsi déclaré plusieurs situations sociales et fiscales. Ainsi un pigiste sur cinq est aussi travailleur indépendant  et un pigiste sur huit est également auteur.

Nous vous expliquons ici à quoi correspondent ces statuts et pourquoi ils ne correspondent pas à la rémunération d'un travail journalistique. Bien-sûr, certains de ces statuts sont parfaitement légaux voire adéquats pour d'autres activités, que vous pouvez exercer parallèement au journalisme. Mais ils ne doivent pas dépasser 50% de vos revenus, si vous tenez à votre carte de presse.